top of page
  • Photo du rédacteurMarionB

Apprendre les tables de multiplication : est-ce bien nécessaire ?

Dernière mise à jour : 26 sept. 2022

Retenir les tables de multiplication, pfff ... c'est ch**** !

Et pour nous, parents, quelle galère ! Parce que, bon, nos enfants sont sensés les apprendre à l'école, mais en vrai, c'est bien sur nous que ça retombe !


Et puis franchement, pour quoi faire ???

On a tous un téléphone dans la poche, donc les calculs, plus personne ne les fait de tête ! Je crois même avoir croisé quelques adultes qui ne connaissent pas leurs tables, et qui s'en sortent dans la vie malgré tout ;-) !

Aujourd'hui, j'ai envie de te partager mon point de vue de prof de maths ... point de vue qui n'est pas tranché, que je questionne régulièrement, surtout depuis que mes enfants sont en âge de les apprendre !

Je tiens à préciser aussi que je parle en mon nom seulement, et que ce point de vue est issu de mes questionnements, observations, expérimentations en classe, en ateliers, avec mes enfants ...


Ca sert à rien !

Il y a un aspect sur lequel je rejoins l'avis général : dans la "vraie" vie, les tables de multiplication, ça ne sert (presque) à rien.

Malgré tout, pour multiplier par 3 les ingrédients d'une recette, c'est pratique de connaître la table de 3. Pour faire du punch pour une vingtaine de personnes aussi. Bien sûr, c'est possible de faire sans ... mais avec c'est plus rapide !


En revanche, pour progresser en mathématiques, c'est nécessaire.

De nombreuses notions de niveau collège sont beaucoup plus abordables pour un élève qui connait les tables de multiplication, et plus généralement pour un élève qui a une bonne aisance en calcul mental.

Pour ne citer qu'elles :

  • les fractions (addition, multiplication, simplification, comparaison)

  • la proportionnalité

  • le calcul littéral et la résolution d'équations

Toutes ces notions sont compréhensibles par un élève qui ne connait pas "ses tables". Cependant, leur connaissance simplifiera l'application de la notion.


Exemple

Par exemple, je vous propose de simplifier la fraction 72/63. Cette notion est vue en fin de cycle 3 (6è), et utilisée régulièrement au cycle 4.

Simplifier une fraction, c'est "facile" : il suffit de diviser par le même nombre au numérateur ("en haut") et au dénominateur ("en bas").

[ Bien sûr, il ne s'agit pas de donner cette méthode de but en blanc, l'enfant doit avoir compris le sens des fractions en général et la notion de d'égalité de fractions en particulier]

Pour cela, il s'agit de trouver par quel nombre diviser.


Si l'élève connait les tables de multiplication, d'un coup d'oeil il voit que 72 et 63 sont deux nombres divisible par 9. Il se rappelle que : 72 = 8x9 et 63 = 7x9, donc 72/63 = 8/9. Fin du travail.


Pour un élève qui ne les connait pas, la tâche est plus ardue !

Dans le meilleur des cas, l'élève connait les critères de divisibilité : il remarque que 72 et 63 ne sont divisibles ni par 5 ni par 10, et que 63 est un nombre impair (il suffit de regarder le dernier chiffre). Il teste ensuite 3 et 9, remarque que les nombres sont tous les 2 divisibles par 9, effectue les deux divisions et trouve le même résultat que précédemment. Si le résultat est le même, le risque d'erreur est nettement plus élevé !

D'expérience, les choses se passent plutôt de cette manière là : l'élève essaie de diviser par 2. Mais 63 est un nombre impair donc "ca ne marche pas". Alors il essaie par 3. Il pose donc les deux divisions, ou bien il les effectue dans sa tête. Il obtient que 72/63 = 24/21. Ici, il réalise que cette fraction n'est pas irréductible, et recommence le manège précédent, re-divise par 3, et obtient que 72/63 = 8/9. Bon, s'il est rendu là on pourra au minimum le féliciter pour sa persévérance !

D'autant que la simplification de fraction intervient à l'issue d'un calcul avec les fractions, qui lui aura déjà demandé de gros efforts !


La simplification de fractions, comme les autres notions citées précédemment, peuvent être abordée avec davantage de sérénité lorsque l'élève connait les tables de multiplication.


Il faut les connaître par coeur alors ?

Selon moi, une bonne connaissance des tables de multiplication à l'entrée au collège est un objectif raisonnable.

Pour cela comme pour d'autres notions, les programmes actuels de l'école ne laissent pas suffisament de temps aux élèves. Le passage de l'étape "compréhension de la notion de multiplication", qui nécessite de beaucoup manipuler, à l'étape "connaître les tables" est beaucoup trop rapide. De ce fait, de nombreux enfants se braquent avec les tables avant même d'en avoir compris le sens.

Or, d'expérience, donner du sens à la notion permet d'effectuer le travail d'apprentissage plus efficacement.

Dans cet article (à venir), sur les 3 phases de l'apprentissages des tables de multiplication, j'explique qu'il y a 3 étapes différentes :

  • phase 1 : comprendre

  • phase 2 : utiliser / répêter

  • phase 3 : retenir

A l'école, la phase 2 est trop réduite, et ne permet pas à l'élève d'élaborer ses propres stratégies de mémorisation. La phase 3 est difficile, voire inaccessible, et tourne en conflits familiaux ... car oui, ce sont bien les parents qui font apprendre les tables de multiplication ! Notamment car l'étape d'apprentissage arrive trop tôt.

En effet, un élève qui manipule longtemps et utilise régulièrement les tables de multiplication -par le jeu notamment- en retient une bonne partie. Il se réfère au sens de la multiplication ou au matériel de manipulation pour retrouver les résultats manquants. Ainsi, l'apprentissage par la suite est réduit.


Mais ce n'est pas tout ...

Je vous le disais en début d'article :

De nombreuses notions de niveau collège sont beaucoup plus abordables pour un élève qui connait les tables de multiplication, et plus généralement pour un élève qui a une bonne aisance en calcul mental.

En réalité les tables multiplication ne sont que la partie imergée de l'iceberg ! Pour être à l'aise en mathématiques au collège, les élèves devraient être au fait des compléments à 10,100 et 1000, être en mesure de retrouver rapidement les doubles et triples, être capable de donner plusieurs décompositions des nombres ...

Se débrouiller en calcul mental, en somme.


Seulement, on revient à la même difficulté : pour cela, l'enfant doit avoir eu le temps de manipuler et d'utiliser les nombres ... et ce n'est pas le cas pour tous à l'école.


Comment puis-je aider mon enfant alors ?

Je m'en voudrais de te laisser avec ce simple constat !

Ceux qui me connaissent savent ce qui va suivre ...

Je crois que le meilleur moyen de développer le calcul mental chez son enfant (et soi-même !) est de JOUER. Il existe de nombreux jeux du commerce qui utilisent les nombres et invitent à développer des stratégies de calcul. Et comme cela ne me suffisait pas, j'en crée moi-même ! Tu en trouveras en téléchargement sur mon blog, au fur et à mesure de mes créations.


Les jeux que j'utilise en atelier et ceux que je créé sont à retrouver dans la rubrique "jeux de maths".

Kommentare


bottom of page