top of page

Soigner la relation enfant-enseignant-parents

J'ai expliqué 2 fois à toute la classe, et encore 1 fois pour lui en particulier. Il n'a toujours pas compris. Il est temps qu'il fasse des efforts !

Voici le genre de remarques d'enseignants que je lis sur les cahiers de certains des participants aux ateliers "Confiance en Maths".


Cette remarque n'est pas bienveillante.

Au lieu de l'aider, cette remarque :

  • place ton enfant en situation de stress, et réduit l'efficacité de son cerveau. Les neurosciences nous disent que le cerveau a besoin d'être serein pour travailler correctement. Donc plus il entend cela, moins ton enfant est en mesure de réussir scolairement.

  • nuit à la relation de confiance qui se noue entre l'enseignant et l'enfant. Pas besoin d'étude scientifique pour te rappeler tes propres souvenirs : tu travaillais mieux et avec plus d'entrain quand tu avais une belle relation avec ton enseignant.

  • peut influer sur ta confiance en ton enfant. Après avoir lu cela, quel parent ne se dirait pas : "Pfff ... il ne fait vraiment pas d'efforts !". Cela risque de créer des tensions entre toi et ton enfant, qui va alors manquer de sérénité à la maison.


En plus de nuire à sa mise au travail et à sa réussite immédiate, cette remarque place trop de responsabilité sur le dos de l'élève. Ton enfant ne peut pas être l'unique responsable de son incompréhension d'une notion ! Je n'ai pas encore rencontré d'enfant qui voulait fondamentalement mal faire. Les enfants veulent réussir. Ils veulent faire "bien".


Pour toutes ces raisons, pour le bien de ton enfant et le tien, il est important de réagir face à de telles remarques.

Soigner la relation enfant-parent-enseignant

Il ne suffit pas de vouloir faire des efforts !

Il s'agit :

  1. de savoir quels efforts faire : la consigne n'est pas toujours claire pour les enfants, surtout dans une classe de 25-30 élèves.

  2. d'être en mesure de faire ces efforts, c'est-à-dire d'avoir les connaissances et les compétences pour réussir.

  3. d'être en condition pour faire ces efforts, physiquement, physiologiquement et émotionnellement.


Il y a en effet de nombreuses raisons pour lesquelles ton enfant n'a pas montré le meilleur de lui-même. Il est fondamental de se demander s'il est dans des conditions favorables à sa réussite.

Il peut y avoir des causes physiologiques :

  • Était-il fatigué ?

  • Avait-il bien mangé ? Bien bu (de l'eau) ? Qu'avait-il mangé ?

Si tu souhaites approfondir la réflexion sur le lien entre alimentation et comportement, je te suggère l'ouvrage d'Isabelle Filliozat "Un zeste de conscience dans la cuisine".

  • S'est-il dépensé ? A-t-il passé du temps dehors ?

Des causes émotionnelles peuvent aussi influencer les capacités d'attention et de mémorisation des enfants (et des adultes !) : s'était-il disputé avec un copain ? Est-il inquiet par un évènement prochain ?

Il se peut aussi que ton enfant n'ait pas (encore) compris cette notion, tout simplement.


Dans tous les cas, ce dont il a le plus besoin en ce moment :

  • ta confiance en lui & ta certitude qu'il va y arriver,

  • du temps pour appréhender cette notion difficile pour lui,

  • une ré-explication, différente, avec un autre support peut-être,

  • une ambiance de travail détendue, à l'école et à la maison, pour pouvoir donner le meilleur de lui-même.


Ce que tu peux faire pour aider ton enfant

Écouter ton enfant

Qu'est-ce qui se joue pour lui ?

Est-il dans de bonnes conditions physiologiques et émotionnelles pour apprendre ?


Encourager ton enfant

Dans les ouvrages "Faber et Mazlish", cette habileté s'appelle "soyez le coffre au trésor de ses bons coups" (j'adore cette formulation !). Cela consiste à rappeler à votre enfant tout ce qu'il a déjà appris - qui pourtant n'était pas facile.

Il a appris à marcher (après être beaucoup tombé).

Il a appris à lire, à compter, les tables de multiplication, les terminaisons du présent, à écrire, à mettre des points à la fin des phrases et à tracer les majuscules du début…

Bref ! Adapte à ton enfant, je crois que tu as compris l'idée !


Les enfants (et les adultes) ont tendance à penser que l'intelligence est innée. Comme si chacun avait un réservoir d'intelligence disponible à la naissance et sur lequel nous n'aurions pas de prise.

Or, c'est faux.

Nous apprenons toute notre vie, et constamment. Tout ne se joue pas avant 6 ans…

Les livres d'Olivier Houdé et Grégoire Borst peuvent être un bon support pour parler aux enfants de leur cerveau et de l'intelligence, et les encourager à croire en eux-mêmes.


Discuter de ton enfant avec des personnes qui vous entourent

Ce genre de remarque peut t'atteindre - c'est même tout à fait naturel. Cela peut aussi fausser ton regard sur ton enfant et atteindre ta propre confiance en lui.

De plus, tu risques de focaliser sur ce qui "manque" plutôt que sur les réussites.

Lorsque cela m'arrive, j'ai remarqué que les discussions avec les personnes qui nous entourent m'aident à ne pas "voir tout en noir", à relativiser, et à remettre en lumière toutes les forces de mon enfant, sans "dramatisme".


Prendre RDV avec l'enseignant

L'enseignant est en première ligne pour intervenir dans la relation qu'il noue avec ton enfant. Cependant, il a devant lui entre 25 et 30 élèves, et n'a pas l'espace-temps disponible pour les connaître tous en profondeur. Au contraire, tu connais bien ton enfant. Tu peux lui parler de qui il est, de ses spécificités. Tu peux lui montrer qu'il est concerné par les apprentissages, qu'il a envie de bien faire et de répondre favorablement aux demandes de l'école. Tu peux lui dire comment se déroulent les temps de travail à la maison, et les éventuelles difficultés que tu as remarquées.

Lorsque je lis une telle remarque (voir début de l'article) sur un cahier d'élève, je me dis que l'enseignant est démuni. Et c'est naturel ! Le travail d'un enseignant est difficile, chronophage et épuisant. Il faut (entre autres) réussir à faire acquérir des connaissances et des compétences sur de nombreux sujets à une trentaine d'enfants différents, singuliers dans leur rapport au monde.

Prendre RDV avec l'enseignant, c'est lui permettre de mieux comprendre ton enfant, d'avoir toutes les clefs pour adapter ses pratiques et contenus pédagogiques. C'est favoriser la reconstruction d'un regard de confiance de l'enseignant sur ton enfant.

C'est aussi la possibilité de faire équipe, en cherchant ensemble des pistes d'action pour aider ton enfant en classe et à la maison.


Demander de l'aide

Si les difficultés sont récurrentes, un bilan par un professionnel [orthophoniste, neuropsy] peut être aidant pour tout le monde.

Tu pourrais, si un trouble spécifique est mis en avant, retrouver confiance et patience face aux comportements et difficultés de ton enfant, et te rappeler durablement que ce n'est pas de la mauvaise volonté, ni une mauvaise éducation...

Par ailleurs, les bilans sont assortis d'une série de recommandations d'adaptation à destination des enseignants. Elles seront aussi aidantes pour toi que pour les enseignants que ton enfant rencontrera dans sa scolarité.

Enfin, ton enfant pourrait se sentir soulagé de mieux comprendre son fonctionnement, et d'entendre que "ce n'est pas de sa faute".

Un bémol quant à ce conseil : les RDV avec un orthophoniste demandent des délais très longs.


Soigner la relation enfant-enseignant-parents

Face à certaines remarques d'enseignant sur les cahiers de nos enfants, il est difficile de réagir avec confiance [en soi, en l'enseignant, en son enfant]. Et pourtant, c'est bien la communication qui permettra de retrouver la sérénité dans la relation enfant-enseignant-parents.

J'espère que cet article aura pu t'aider. Il te rappelle quoi qu'il en soit que tu n'es pas seul.e, et c'est bien normal : on parle ici de relations humaines, et chacun sait qu'il n'y a que peu d'évidences dans ce domaine.

ความคิดเห็น


bottom of page